Oser la Miséricorde

« Conseiller son prochain dans le doute – Atzerritarei ongi etorri egin »

Conseiller son prochain peut se résumer à une simple présence comme un garde-fou, pour que l’autre reste sur le chemin, le voit, le retrouve et s’y lance à nouveau. Hélène et Emmanuel vivent ce don de l’Esprit avec joie,. Engagés dans les Equipes Notre Dame, il nous font découvrir comment ils puisent dans la lecture en couple de la Parole de Dieu et dans la prière conjugale beaucoup de force et de paix.

Ils nous ont partagé leur expérience avec générosité et aussi beaucoup d’hu-milité. Merci.

Oser la Miséricorde

« Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés » (Prière du Notre Père )

Selon le P. Patrice Chocholski, recteur du sanctuaire d’Ars et secrétaire géné-ral des Congrès mondiaux de la miséricorde, « ce qui n’a pas été pardonné dans notre vie revient toujours d’une manière ou d’une autre ». Le pardon est ainsi une guérison intérieure. « C’est une façon de reprendre possession de notre coeur », indique le successeur du curé d’Ars.

Mais il ne s’agit pas de partir de nos sentiments de compassion, d’une bonté naïve ou encore d’une « pulsion quiétiste » selon laquelle il n’y aurait aucun problème, avertit le P. Chocholski. Pardonner n’est pas oublier. C’est pour-quoi il s’agit de partir de Dieu. « Nous avons besoin de nous laisser conduire par sa tendresse dans cette oeuvre de miséricorde », conclut-il.

Oser la Miséricorde

Au 1er janvier 2016 la France comptait 66 678 personnes incarcérées pour 58 561 places. Six cents aumôniers catholiques interviennent dans le cadre de l’institution. Leur mission définie par le code de procédure pénale est de « célébrer les offices religieux, administrer les sacre-ments et apporter aux détenus une assistance pastorale. Ils ne doivent exercer auprès des détenus qu’un rôle spirituel et moral. » La maison d’arrêt de Bayonne reçoit des hommes con-damnés à de courtes peines (moins d’un an) ou en attente de jugement. Ici aussi, la capacité d’accueil est dépassée. Avec trois aumôniers, l’Eglise catholique y assure une présence impor-tante qui garantit aux personnes détenues un accompagnement régulier.

Dans ce second numéro, visitez les prisonnier est l’œuvre présentée.

Oser la Miséricorde

Le numéro 1 vient de paraître. Dans ce numéro,  nous commençons par vous présenter l’oeuvre corporelle : Accueillir les étrangers – Atzerritarei ongi etorri egin

Dans le portrait du mois , Philippe et Ghislaine ont accueilli pendant 4 mois et demi une famille de chrétiens irakiens. Ghislaine a accepté de nous partager cette expérience. Un grand merci à elle pour son hospitalité et son témoignage.