Pape François

« Te Deum » d’action de grâce

Le 31 décembre, le Pape chante tous les ans la prière du « Te Deum », en action de grâce pour l’année écoulée. Cette hymne très ancienne remonte à la fin du IVème siècle ou au début du Vème siècle et elle est attribuée à Saint Ambroise, évêque de Milan, auteur de nombreuses hymnes ambrosiennes.

On la chante chaque dimanche (en dehors du Carême) à l’office des lectures ainsi que tous les jours des octaves de Noël et Pâques. De nombreux compositeurs ont écrit des « Te Deum ». parmi eux, Marc-Antoine Charpentier (entre 1688 et 1698), dont l’introduction musicale célèbre est le générique de l’Eurovision-ORTF

Pape François

« S’il y a une chose que le chrétien ne peut pas se permettre, c’est d’être naïf », notamment face à la « puissance » des « corrompus », a déclaré le pape François.

C’est en effet de la « ruse chrétienne » qui permet de résister aux « corrompus » que le pape a parlé lors de l’homélie de la messe de ce vendredi 10 novembre 2017, en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, indique Radio Vatican en italien. Il a médité sur la parabole de l’administrateur malhonnête tirée de l’Évangile de Luc de ce jour.

Et il a expliqué : « en tant que chrétiens, nous avons un trésor intérieur: le trésor qu’est l’Esprit Saint. Nous devons le garder. Et un naïf là, il se laisse voler l’Esprit. »

L’Évangile parle de la ruse des « fils de ce monde » par rapport aux « fils de la lumière », explique le pape : ils font leurs affaires de corruption « aussi avec courtoisie », avec des « gants de soie ».

Mais existe-t-il une « ruse chrétienne »? s’interroge le pape : « Existe-t-il une attitude pour ceux qui veulent suivre Jésus, afin qu’ils ne finissent pas mal, qu’ils ne finissent pas mangés vifs – ou, comme disait ma maman, ‘mangés crus’ – par les autres ? Quelle est la ruse chrétienne, une ruse qui n’est pas un péché, mais qui sert à me faire avancer dans le service du Seigneur, et aussi dans l’aide des autres ? »

Oui, affirme le pape, une « ruse chrétienne » existe : il y a un « flair chrétien pour aller de l’avant sans tomber dans les cordées de la corruption ».

Il énumère les trois attitudes selon lesquelles le chrétien doit agir : la première c’est une « saine méfiance » face à ceux qui « promet trop » et qui « parle trop » comme « ceux qui te disent : « fais un investissement dans ma banque, je vais te donner un double intérêt ».

La deuxième attitude c’est la réflexion devant les séductions du diable qui connaît nos faiblesses.

Et, enfin, il y a la prière: « Demandons cette grâce de la ruse chrétienne et du flair chrétien, invite le pape.

« C’est aussi une bonne occasion pour prier pour les corrompus, ajoute-t-il, nous parlons du smog que cause la pollution, mais il y a aussi un smog de la corruption dans la société. Prions pour les corrompus : les pauvres, qu’ils trouvent la sortie de la prison dans laquelle ils ont voulu entrer. »

Les corrompus « sont puissants », souligne le pape François. « Quand ils font les cordées de la corruption, ils sont puissants. » Et on ne doit pas « chercher » les exemples dans « l’histoire antique » : nous les « trouvons tous les jours dans les journaux ». « Cela se passe aujourd’hui, poursuit le pape, surtout avec ceux qui ont la responsabilité d’administrer les biens du peuple, pas leurs propres biens. »

Pour affronter des gens corrompus, il ne faut donc pas être naïf, il faut réfléchir et prier pour recevoir la « grâce de la ruse chrétienne ».

Source : Zénit

Pape François

Catéchèse sur les personnes atteintes de handicap

Nous connaissons le grand développement qui a eu lieu au cours de ces dernières décennies à l’égard du handicap. La croissance dans la conscience de la dignité de toute personne, surtout des personnes les plus faibles, a conduit à assumer des positions courageuses pour l’inclusion de ceux qui vivent avec diverses formes de handicap, pour que personne ne se sente étranger dans sa maison. Et pourtant, au niveau culture demeurent encore des expressions qui portent atteinte à la dignité de ces personnes parce qu’une fausse conception de la vie prévaut.