Lectures du mois

Les lectures du mois: novembre 2017

Après des mois d’absence, mais pas sans livres, nous vous partageons à nouveau nos lectures.

Petit Journal – Sœur Marie Faustine Kowalska – Apostolat de la Miséricorde Divine – 2010 – 599 pages

 

 

 

Ce « Petit Journal » de Sœur Marie Faustine Kowalska – Sainte Faustine, canonisée par le Pape Jean-Paul II en l’an 2000 – est à la fois un témoignage sur la vie de cette religieuse polonaise née en 1905 et morte en 1938 dans une Pologne meurtrie, une école de la dévotion à la miséricorde Divine inspirée par Notre Seigneur Jésus qui lui dictait pour ainsi dire ce qu’elle devait transmettre au monde, et un enseignement très simple par l’exemple pour la sanctification de toutes les âmes.

Sœur Marie Faustine était rentrée au couvent à 20 ans, sans formation et dotée d’un caractère craintif. Mais Jésus va la choisir pour être l’apôtre de la Miséricorde Divine, lui donnant de nombreuses grâces et l’instruisant personnellement, jusqu’à l’accomplissement de sa mission.

 

 

 

 

 

 

 

 

La différence invisible de Julie Dachez et Mademoiselle Caroline-éditions Delcourt /Mirages -2016-196 pages

 

 

 

 

Préfacée par Carole Tardif, professeur en psychologie du développement typique et atypique et par le Bruno Gepner pédopsychiatre et psychiatre auprès d’enfants et d’adultes avec des troubles du spectre autistique, ce roman graphique nous  permet de découvrir ce qu’est le combat quotidien d’une personne atteinte du syndrome d’Asperger.  Elle invite par la connaissance à la tolérance et au respect afin que chacun trouve sa place dans notre société. A découvrir donc sans attendre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Géopolitique du moustique Petit précis de mondialisation IV– Erik Orsena et Dr Isabelle de Saint Aubin- Fayard- 2017- 279 pages

 

Erik Orséna a une soif de découverte et une capacité d’émerveillement contagieuses. Il nous invite à ne plus mépriser les moustiques qui bourdonnent à nos oreilles et que nous cherchons par tous les moyens à exterminer pensant y trouver un quelconque repos. Champions de la mondialisation, les moustiques nous donnent à voir une incroyable envie de vivre et une capacité d’adaptation sans cesse en action. En suivant leurs pérégrinations dans le temps et tout autour du globe, nous sommes invités à nous réinterroger sur la notion de frontières- entre pays, entre espèces, entre nous. Il nous donne à voir  également combien notre irrépressible envie de maitriser la vie nous engage dans une course folle et nous transforme en apprentis sorciers. « A vouloir jouer avec le cœur même de la vie, forte est la probabilité qu’elle se venge. »

Véritables acteurs de modernité sont les moustiques car « la vie est LA start up qui a le mieux réussi. Et les insectes sont les champions des entrepreneurs. »