Paroisse

Méditation dominicale : dimanche 4 novembre 2018

L’Évangile de ce dimanche (Mc 12, 28-34) nous repropose l’enseignement de Jésus sur ce qui est essentiel : l’amour de Dieu et l’amour du prochain. L’un ne va pas sans l’autre. Ces deux commandements se trouvent déjà dans la loi de Moïse. Mais ils sont formulés séparément. Plus tard, les prophètes proclameront qu’on ne peut rendre un culte à Dieu sans le respect du prochain. Les saints, que nous venons de célébrer tous ensemble en une unique fête solennelle, sont précisément ceux qui, rendent gloire à Dieu en aimant leurs frères et sœurs en humanité.

Le livre du Deutéronome insiste très fortement sur ce commandement : « Tu aimeras ». Toute l’histoire du peuple choisi devra être une histoire d’amour. Il s’agit d’aimer le Seigneur de tout son cœur, de toute son âme et de toute sa force. Ce commandement divin se révèle comme chemin que doit prendre tout homme désireux de s’épanouir, de vivre pleinement son humanité. Ce chemin, Dieu l’ouvre dans le cœur de chaque homme. Pourtant, qu’il est difficile de le parcourir, et combien de trahisons et d’échecs dans l’amour ! Certains en viennent même à douter que l’amour soit possible. Mais si nos fermetures intérieures ou nos égoïsmes peuvent faire penser que l’amour est une utopie, faut-il pour autant se résigner ? Non, nous dit la lettre aux Hébreux. Le but de la lettre de Saint Paul est de contribuer à raviver en chacun de ses destinataires, la confiance dans l’amour véritable, fidèle et fort ; un amour qui engendre consolation ; un amour qui ouvre les frontières intérieures et extérieures, et relie les personnes. Cet amour éternel s’appelle Jésus. Jésus ne se fatigue pas de nous aimer comme ces hommes qui ont dû se succéder au cours des siècles. Le Christ, mort et ressuscité, intercède de façon permanente en notre faveur. Il nous aime donc pour toujours. Nous parcourons le chemin de l’amour en regardant vers Lui.
On ne blague pas avec l’amour nous a dit le pape François. L’amour vrai doit être fort, éternel. Au scribe qui se présente à Lui un peu comme un examinateur qui vient vérifier les connaissances de son élève, Jésus donne une réponse claire et tranchée : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. [Et] tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Amour de Dieu et amour du prochain sont inséparables et entretiennent un rapport de réciprocité. Jésus n’a inventé ni l’un ni l’autre, mais il a révélé qu’ils sont, au fond, un unique commandement, et il l’a fait non seulement par sa parole, mais surtout par son témoignage : il a donné sa vie pour ses amis, rendant ainsi gloire à Dieu. Nous sommes appelés à poursuivre le règne de Dieu à la manière de Jésus, dans la proximité : proches de nos frères qui sont dans le besoin. L’amour, dit Saint Ignace de Loyola, doit se mettre dans les actes plus que dans les paroles. Le Seigneur s’est toujours impliqué pour chacun de nous, jusqu’à la Croix. Dans l’Eucharistie, Il nous donne la force afin que, nourris par ce Pain, nous nous aimions les uns les autres comme Lui nous a aimés. Puisse le Seigneur nous en accorder la grâce, amen.
Père jésuite Raphaël Bazebinzonza