Actu de l'église

Appelés pour la mission

Sa voix dérange et Amos se heurte à l’opposition du clergé officiel. Pour autant, il reste totalement fidèle à la mission à laquelle Dieu l’a appelé : quitter le pays de Juda pour prophétiser dans le nord du pays. Sa mission, Amos ne la tient pas de lui-même mais de Dieu qui l’a arraché à son métier de bouvier pour faire de lui son prophète. Il ne se taira pas, n’en déplaise au pouvoir royal et au clergé. Car on n’arrête pas la parole de Dieu (première lecture).

Dans un autre contexte, Jésus appelle les Apôtres pour les envoyer en mission à sa place et en son nom. Ils exerceront les mêmes pouvoirs que Jésus et inviteront à la conversion. Leur seul bagage est la Bonne Nouvelle dont ils sont porteurs (évangile). Il ne s’agit pas pour Jésus de leur imposer une quelconque ascèse, mais de leur apprendre à partir pour la mission dans la confiance totale à celui qui les envoie.

Paul, saisi par le Christ sur le chemin de Damas, est, lui aussi, appelé par le Christ ressuscité, et envoyé annoncer aux païens la Bonne Nouvelle du salut offert à tous les hommes. Et il rend grâce pour le dessein de Dieu (deuxième lecture).

Dieu ne cesse d’appeler, et il ne sollicite pas seulement quelques privilégiés à qui la mission serait réservée. Il choisit un bouvier comme prophète, des gens ordinaires et simples comme apôtres, et un juif persécuteur. L’évangélisation est confiée à tous: nous sommes tous disciples et tous évangélisateurs. Et comme nos prédécesseurs, nous sommes démunis, à la merci de ceux que nous visitons, qui ont ainsi toute la liberté d’accueillir ou non la parole de Dieu : « Si tu veux ». Dieu ne force jamais personne; il propose.

Rendons grâce à Dieu, car chaque dimanche, nous entendons pro¬clamer ses appels. Que son Esprit nous donne le courage de marcher sur les chemins du monde en témoins de l’Évangile.

Dimanche 11 juillet, 15ème dimanche du temps ordinaire
Extrait tiré du missel des dimanches