Pape François

Le Pape au Maroc: des actes concrets de fraternité

Le Pape a clos dimanche 31 mars son vingt-huitième voyage apostolique. Un voyage qui s’est déroulé dans un climat très chaleureux, salué par de nombreux Marocains.

Ce voyage aura été court, moins de trente-six heures, mais restera un jalon important dans le dialogue interreligieux. Huit siècles après la rencontre entre Saint François et le sultan Al Malik, le Pape a souhaité emprunter leurs pas, montrant que les religions sont faites pour construire des ponts. Pour la première fois un Souverain pontife a célébré une messe au Maroc, qui plus est, retransmise en direct par la première chaîne de télévision marocaine.

Après Abu Dhabi, où les principes de fraternité ont été proclamés, ce voyage au royaume chérifien a été l’occasion d’en voir des signes, nombreux et concrets. Fraternité d’abord avec le roi Mohamed VI qui l’accueilli en chef d’état mais aussi chef spirituel, fraternité envers les migrants qui ont été au cœur aussi de ce voyage, dans ce Maroc tourné vers l’Europe et où souvent des rêves d’ailleurs s’échouent pour de nombreux Africains. Fraternité enfin envers ces habitants d’un quartier périphérique de Rabat, pris en charge par trois religieuses. Des religieuses et religieux qui auront tenu aussi une place importante dans cette visite, en les rencontrant à la cathédrale Saint-Pierre, le Pape les a confortés dans leur mission, saluant leur art «d’utiliser les différences et l’ignorance pour semer la peur, la haine et le conflit». Si François n’a pas masqué les difficultés qui peuvent se trouver sur le chemin de cette Église marocaine, il a voulu en montrer aussi la force qui n’est pas dans le nombre mais dans ces visages qui sont autant de serviteurs d’espérance.

L’un des artisans de ce voyage est le père Daniel Nourissat. Arrivée au Maroc il y a 13 ans, ce prêtre «fidei donum» du diocèse de Dijon, a été en poste à Casablanca avant de devenir curé de la cathédrale de Rabat. Alors que le Pape François était dans l’avion du retour, il est revenu sur cette visite qui selon lui a été bouleversante à plusieurs titres. Un voyage du pape qui a permis de montrer combien le Maroc savait accueillir et écouter l’autre et qui s’est mis au diapason des discours du Saint-Père.